Vendre un bien en copropriété : le guide ultime

Une femme vendant son bien en copropriété tenant une clé devant des cartons de déménagement.
Table des matières

La vente d’un appartement ou d’une maison en copropriété recèle son lot de particularités. Entre les diagnostics immobiliers, les charges à répartir et l’incontournable état daté, vous devez être particulièrement rigoureux pour vendre votre copropriété.

Ce guide complet vous accompagne dans toutes les étapes de votre vente, des démarches préalables jusqu’à la signature de l’acte authentique. Avec Terrasse du Sud, agence immobilière à Marseille, décryptez toutes les subtilités pour réussir votre vente !

Définir la copropriété, comprendre ses rouages

Avant toute chose, rappelons ce qu’est une copropriété et comment elle fonctionne. Un savoir essentiel pour appréhender les étapes à venir !

La copropriété décortiquée

Juridiquement, une copropriété désigne la propriété divisée d’un immeuble bâti ou d’un groupe d’immeubles bâtis. Concrètement, cela signifie un découpage en lots – les fameux « lots de copropriété » – comprenant à la fois des parties privatives (appartements, maisons individuelles, parkings, cave, bureau etc.) et des parties communes (hall d’entrée, cages d’escaliers, ascenseur, espaces verts…). Chaque copropriétaire possède alors un ou plusieurs lots, qu’il peut librement vendre.

La gestion quotidienne est assurée par le syndic, professionnel rémunéré ou bénévole membre du conseil syndical. Ce dernier, composé de copropriétaires élus, représente les intérêts de l’ensemble de la copropriété. Les décisions importantes sont entérinées lors des assemblées générales, grand-messe annuelle de la copropriété.

Droits et devoirs du copropriétaire

En tant que copropriétaire, quelques prérogatives et obligations clés sont à garder à l’esprit, notamment au moment d’une transaction :

  • Participation aux charges via un forfait mensuel
  • Respect des dispositions du règlement de copropriété
  • Contribution aux travaux votés en assemblée générale
  • Interdiction de transformer le lot sans autorisation
  • Obligation d’entretenir son lot

Autant d’aspects qui peuvent directement impacter la vente. Avant de se lancer tête baissée, mieux vaut donc savoir à quoi s’attendre !

Préparer la vente de son lot

La vente d’un appartement ou d’une maison en copropriété exige une certaine méthode. Outre les classiques diagnostics immobiliers, d’autres documents tout aussi cruciaux entrent en jeu. À commencer par le fameux état daté, la pierre angulaire du dossier !

Diagnostics immobiliers : les indispensables

Commençons par une formalité désormais bien connue des propriétaires : les diagnostics immobiliers. Jugés classiques pour une maison individuelle, ils demeurent indispensables en copropriété.

  • le diagnostic de performance énergétique (DPE) ;
  • le diagnostic Termites ;
  • le diagnostic Amiante pour les biens détenant un permis de construire datant d’avant juillet 1997 ;
  • l’état des risques et pollutions (ERP) ;
  • le diagnostic Plomb pour les logements érigés avant 1949 ;
  • le calcul de la surface loi Carrez ;
  • le diagnostic gaz et électricité (pour les installations de plus de 15 ans).

L’état daté, alpha et oméga du dossier !

Émanant du syndic qui le fournit à la demande du vendeur, l’état daté recense toutes les dettes et créances en cours rattachées au lot. Concrètement, ce document permet à l’acquéreur de connaître avec certitude :

  • Les provisions de charges en cours dans le budget prévisionnel
  • Les éventuels impayés de l’ancien propriétaire
  • Les travaux futurs votés, avec leur quote-part pour le lot
  • Les sommes versées par le vendeur au fonds travaux

Autant d’informations capitales pour l’acheteur, qui disposera ainsi d’une vision claire des engagements financiers liés au lot.

Pour renforcer son information, l’acquéreur peut exiger un pré-état daté en amont de la vente. Ce document, purement informatif, est la stricte photocopie de l’état daté final. Le tout pour un budget maîtrisé : comptez entre 150 et 250€ selon les syndics. Un investissement perfectible au regard de l’enjeu !

Les autres documents attendus

Documents financiers et techniques viennent compléter le dossier :

  • Le règlement de copropriété
  • L’état descriptif de division définissant les lots et leurs millièmes
  • La fiche synthétique de la copropriété
  • Le carnet d’entretien

Autant de pièces exigées par l’acquéreur pour se faire une idée précise de la copropriété… et éviter les mauvaises surprises !

Réussir la transaction : les étapes clés

Une fois le dossier de vente bien ficelé, place à la transaction proprement dite. Outre les classiques visites et négociations, gestion rigoureuse des dépenses et transparence totale seront les maîtres-mots d’une vente réussie.

Étape 1 : Bien comprendre la gestion des charges

La répartition des charges entre vendeur et acquéreur obéit à des règles précises :

Type de chargesQui paie ?Détails
Charges courantes (provisions sur budget prévisionnel)Le vendeur et l’acquéreur, chacun au prorata de sa période de propriété du lot sur l’année concernéeLes provisions sur charges courantes payées par le vendeur font l’objet d’une régularisation en fin d’année en fonction des dépenses réelles. L’acquéreur reprend ces provisions de charges pour la période restant à courir dans l’année à partir de la date d’entrée en jouissance.
Gros travaux votés avant la venteL’acquéreur propriétaire au moment de l’appel de fonds par le syndicMême si les travaux ont été votés avant la vente, c’est le propriétaire du lot à la date de l’appel de fonds qui doit régler la quote-part imputable au lot.
Charges impayéesImputables au vendeurLe vendeur reste redevable des arriérés de charges rattachées au lot. Si elles ne sont pas apurées avant la vente, les sommes dues sont automatiquement bloquées par le notaire et transférées au syndic.
Fonds de travauxNon remboursable au vendeurLes sommes versées par le vendeur en alimentation du fonds de travaux sont attachées au lot : elles ne peuvent donc pas être remboursées et sont reprises par l’acquéreur.

Étape 2 : Annonce, visites et négociation

Les premières étapes de la commercialisation répondent aux standards classiques :

  • Annonce immobilière du bien et visite virtuelle 3D
  • Visites par les éventuels acquéreurs
  • Négociation du prix jusqu’à un accord
  • Signature d’un avant-contrat (promesse ou compromis de vente)

À ce stade, la communication par le vendeur des documents listés précédemment revêt déjà une importance capitale.

Étape 3 : Signature de l’acte authentique de vente

C’est LA formalité incontournable concrétisant la vente : la signature de l’acte authentique devant notaire.

Outre les diagnostics à jour, le vendeur doit produire :

  • L’état daté officiel délivré par le syndic
  • Le règlement de copropriété à jour
  • Le certificat du syndic avec quitus du règlement des charges

Ces trois documents permettront à la vente de se concrétiser en toute légalité.

Cas particuliers de vente de biens en copropriété

La vente en copropriété a beau être balisée par des règles précises, certains cas de figure spécifiques peuvent encore interroger.

Copropriété sans syndic, que faire ?

Sans syndic, impossible d’obtenir l’état daté indispensable à toute transaction. La solution la plus simple : mandater un syndic professionnel ou bénévole pour le temps de constituer le dossier. Vous pouvez également faire appel à un administrateur provisoire désigné par le tribunal judiciaire. Dans tous les cas, ne restez pas bloqué par ce manque de syndic !

Charges impayées : comment les traiter ?

Vous n’êtes pas un cas isolé ! Assainir la situation doit être votre priorité, soit en apurant directement votre dette, soit en négociant avec l’acheteur au moment de la transaction. Dans tous les cas, restez proactif pour ne pas hypothéquer la vente !

En résumé

Pour mener à bien son projet de vente en copropriété, quelques règles d’or sont à observer :

  • Respecter les obligations du copropriétaire
  • Exiger tous les documents financiers et techniques auprès du syndic
  • Dialoguer en toute transparence avec les potentiels acquéreurs
  • Anticiper les charges et travaux à venir
  • Apurer les éventuels impayés avant la vente

En suivant cette feuille de route, vous pouvez aborder sereinement la vente de votre bien ! Et pour un accompagnement de A à Z, notre agence immobilière à Marseille reste à votre disposition.

– Terrasse du Sud

  • VOUS SOUHAITEZ VENDRE ?

    Recevez votre guide "Les 12 règles d’or pour mieux vendre".

  • À propos de l'auteur

  • Sabine Ferrato

  • Fondatrice de Terrasse du Sud, Sabine vous partage régulièrement ses conseils et ses analyses sur l'immobilier à Marseille. Avec une connaissance approfondie du marché local et son expérience en gestion de patrimoine, fiscalité et investissements, elle est l'agent immobilier idéale pour tous vos projets immobiliers à Marseille.

  • Derniers articles

  • Comparer les annonces